Pressez la grume

Ressources
Isle-et-Bardais

Image de la cache
Pressez la grume - Isle-et-Bardais
Niveau
Dénivelé
Durée
2h
Distance
5km

Introduction

Après avoir trouvé le trésor, comptez 1km pour le retour au parking (compris dans le kilométrage total).

C’est-y pas triste de voir ça ? A force de travailler la terre, v’là mes vieux sabots tout fendus… Allons trouver un artisan capable de m’en fabriquer une nouvelle paire.

Je t’accompagne, Margotte ! Car tu sais qu’avec moi, on trouve toujours chaussure à son pied ! Pourquoi ne pas aller en forêt de Tronçais ? Autrefois, c’était un lieu de travail et de vie pour tous les professionnels du bois... Il parait qu’un sabotier s'y trouve encore.

Vous n’y pensez pas ! Savez-vous ce qu’on raconte sur les hommes des bois ? On les dit brigands, sauvages et parfois même… sorciers ! Il parait que ces curieux personnages vivent dans des cabanes grossières, faites de mille-feuilles, de pain d’épices et d’agrumes !

De pain d’épices et d’agrumes ?! Ben v’là aut’ chose…

Etapes

Point de départ : le Rond des Ecossais (N46° 40.836' / E002° 47.172')

Difficile de se repérer dans la forêt de Tronçais ! Elle couvre 10 532 hectares, presque l’équivalent de la superficie de la ville de Paris ! Je crois bien qu’on tourne en rond, d’ailleurs…

En parlant de rond… Il désigne un carrefour forestier iqui ! Apparus au 19ème siècle, on en compte 59 à Tronçais. Et chacun porte un nom ! Nous v’là donc au rond des « Ecossais ».

Celui-là viendrait des « Ecoussats », le nom bourbonnais du houx... A moins que ça ne soit un hommage à l’école forestière d’Edimbourg, venue plusieurs fois au cours du 20ème siècle ? Pour ces étudiants, la forêt était un modèle d’application des règles de gestion forestière...

Ce massif existait déjà à l’époque gallo-romaine, mais la plupart des arbres ont un peu moins de 200 ans. En 1832, l’ingénieur Théophile de Buffévent projette un plan de reconstitution de la forêt, ruinée par une longue exploitation... L’objectif était de favoriser la croissance des arbres, en sélectionnant les plus beaux spécimens, et de renouveler le massif avec de nouvelles générations d’individus.

Une réussite ! Aujourd’hui, la futaie de feuillus de Tronçais est l’une des plus belles et des plus anciennes de France ! On y trouve majoritairement des chênes droits, de gros diamètre et d’excellente qualité.

Les ronds forestiers sont des espaces ouverts et lumineux, situés au croisement des routes. Alors que le chêne prédomine dans le massif, ils sont souvent plantés d’autres essences qui servent de repères visuels. Laquelle borde le rond des Ecossais ?

  1. Des pommiers
  2. Des résineux
  3. Des haies de houx

Relevez le numéro de la bonne réponse.

Notez ce chiffre. C’est la réponse "A".
A =_____

Essayons par là ! Je crois ben que nous n’avons pas encore emprunté ce sentier… Et tâchons de trouver notre houmme. Avec ma commande de sabots, il va avoir du « pin » sur la planche !

Empruntez le chemin « circuit de l’étang de Pirot » face au parking. Au N 46°40.861' / E 002°47.302', tournez à gauche pour continuer dans cette direction.

L'étang de Pirot (N46°40.895' / E002°47.287')

Koa ? Pourquoi tu t’arrêtes en si bon chemin ?

Mon reflet dans cette eau limpide… J’en reste bouche bée, comme un brochet ! Savais-tu que contrairement à mon minois, l’étang de Pirot est totalement artificiel ?

Salut les compagnons ! Il est impressionnant, pas vrai ? Créé au milieu du 19ème siècle, il se situe sur la Marmande, la rivière qui l’alimente. C’est le plus vaste étang de la forêt de Tronçais.

Avant que l’Homme ne façonne cette retenue d’eau, il y avait ici une grande vallée avec des bois, des cultures et deux moulins situés sur la rivière.

Puisque le plan d’eau de Pirot a l’air de vous intéresser, suivez-moi. Je vais vous expliquer comment il fonctionne !

Continuez sur le chemin longeant l’étang. Descendez la pente enherbée en direction du plan d’eau.

Le déversoir (N46° 40.986' / E002° 47.304')

Cet immense réservoir est maintenu par une digue de 18 mètres de haut et 344 mètres de long. Le corps du barrage est construit avec des matériaux « tout venant » : des grès, des argiles et des sables, extraits à proximité. Il retient les 3 700 000 m3 d’eau de l’étang, quand il est à son niveau maximum. Ça t’en bouche un coin Margotte, n’est-ce pas ?

Si tu veux mon avis… Ils ne sont pas finassoux, les ingénieurs des Ponts et Chaussées qui l’ont conçu... Agadez don’ ce gros trou dans l’barrage !

Au contraire, ils sont plutôt rusés. Cet aménagement sert à évacuer le trop-plein d’eau, quand le niveau de l’étang est élevé. L’avant-bec, en forme de pointe, permet de retenir les gros débris transportés par le courant. Le surplus d’eau est évacué par les arches et tombe dans la « fosse de dissipation » juste derrière. C’est une grande cuve qui atténue la force des flots. L’eau rejoint ensuite la « rigole de fuite », qui se jette dans la Marmande.

« Ô barrage ! Ô déversoir ! » Si je comprends bien, ce système d’évacuation de l’eau est à la digue ce que le nœud papillon est à la mode : indispensable à son maintien !

Euh… C’est l’idée, Koa !

Combien d’arches composent le déversoir de la digue ?

Notez ce chiffre. C’est la réponse "B".
B =_____

Montez sur la digue et marchez sur quelques mètres. Sur votre gauche, vous verrez la « fosse de dissipation » et la « rigole de fuite » du déversoir.

Le pertuis (N46° 41.006' / E002° 47.473')

Jetez un coup d’œil au pertuis maintenant. Ce passage étroit, situé au fond de l’étang, assure la continuité écologique de la rivière. Il est géré par un système de vannes qui garantit l’écoulement de la Marmande et permet de faire varier son débit. Nom d’un tuyau percé… Un renard !

don ? Heureusement que j’ai pensé à rentrer les poules c’tantôt…

Un renard désigne une mauvaise infiltration... Côté étang, la digue est faite de pierres pour mieux résister. De l’autre, elle est enherbée. Et ce n’est pas pour faire joli ! Quand il fait sec, si l’herbe est plus verte qu’ailleurs, cela signifie que l’eau s’est frayée un chemin dans l’ouvrage. Des travaux d’étanchéité sont alors nécessaires...

Au bout de la digue, passez les barrières en bois puis prenez à gauche en direction d’Isle-et-Bardais. Arrivés au niveau de la route, tournez à gauche. Longez-la avec prudence. Au N 46°41.016' / E 002°47.469', descendez les escaliers sur votre droite.

Les pelles (N46° 41.038' / E002° 47.469')

Génial ce toboggan ! On fait un tour ?

Celui-ci n’est pas fait pour amuser les grenouilles, Koa ! Grâce à un système de pelles, l’eau descend le toboggan vers la rivière ou est dirigée vers ce qu’on appelle « la rigole », en face. Cette dernière est aujourd’hui asséchée, mais autrefois elle reliait l’étang de Pirot à celui de Goule !

J’me demande ben à quoi ça peut servir de faire communiquer ces deux plans d’eau ?!

Pour alimenter le canal de Berry, pardi ! Sa construction en 1840 vise à acheminer les marchandises des bassins industriels et miniers de Montluçon et Commentry, alors en plein essor. Il devient une voie de communication centrale pour le transport du charbon, des minerais et de matériaux divers vers le Nord et la Loire.

Le problème, c’est son étiage. Le niveau d’eau n’est pas constant et les flûtes berrichonnes sont parfois contraintes de rester à quai ! C’est pourquoi on aménage deux réservoirs pour alimenter le canal en cas de sécheresse.

Notre sabotier vit près de la rigole asséchée... Continuons sur cette voie.

Combien comptez-vous de pelles à crémaillère ?

Notez ce chiffre. C’est la réponse "C".
C =_____
Indice
c’est un chiffre impair.

Le chêne (N46° 41.225' / E002° 47.465')

Je fais une pause, à l’ombre de ce chêne... De votre côté, ouvrez l’œil ! Une maison en tranches de pamplemousse et pain d’épices : ça se remarque dans le paysage !

Qu’est-ce que t’y dis ? Du « pin » et de « l’épicéa » ? Certainement pas ! En forêt de Tronçais, ce sont les feuillus qui dominent. Le chêne sessile, aussi appelé « chêne rouvre », est l’essence la plus représentée. Son tronc, rectiligne et très droit, se fend facilement.

Sa croissance lente lui donne des qualités particulières ! Le chêne de Tronçais s’utilise notamment pour fabriquer des tonneaux. Il apporterait un goût de vanille aux vins et aux liqueurs vieillissant dans ces fûts...

Quel cousin du chêne sessile, l’essence majoritaire en forêt de Tronçais, se trouve près de vous ?

  1. Le chêne pubescent
  2. Le chêne pédonculé
  3. Le chêne liège

Relevez le numéro de la bonne réponse.

Notez ce chiffre. C’est la réponse "D".
D =_____

La « maison des Trois Sabots » (N46° 41.282' / E002° 47.529')

Par tous les saints ! Vous ne m’avez donc pas écouté quand je vous ai mis en garde contre les hommes des bois ! Trop tard, à présent… C’est la maison du sabotier ! Attention, Margotte... Ne t’approche pas, ou il va t’arriver des bricoles…

C’est à devenir bredine, cette histoire… Cette maison me semble tout à fait normale ! C’est une réplique d’habitat forestier traditionnel.

Mais il en existait bien d’autres ! Chaque corps de métier travaillant dans la forêt a développé des techniques de construction, en lien avec son savoir-faire et les ressources qu’il avait sous la main... Les charbonniers, par exemple, vivaient dans des huttes faites de branchages et recouvertes de terre.

Vous voyez du pain d’épices et des agrumes sur la maison, vous ?

Des agrumes ? Ha ! Ha ! Et le bois qui a servi à construire les murs, il vient de « six troncs pressés » peut-être ? Elle a été réalisée avec des « grumes » ! C’est le nom donné aux troncs d’arbres abattus, dépourvus de branches et de racines. Cette maison utilise une technique très ancienne, appelée « pièce sur pièce » ou « sur troncs couchés ».

Alléluia ! Ce n’est pas aujourd’hui que nous finirons en quatre-heures, « tronçonnés » par les hommes des bois ! Comment fonctionne cette technique, alors ?

C’est fastoche ! On empile les grumes horizontalement pour faire le squelette de la bâtisse... Ici, le linteau de la porte et de la fenêtre fait toute la longueur de la façade ! Les hommes de la forêt se servaient des troncs qui n’étaient pas exportés parce qu’ils avaient des défauts.

Et pour boucher les espaces entre les grumes, on utilisait alors du torchis ! Ce mélange de paille, de terre crue et d’argile permet d’assurer l’étanchéité et l’isolation du bâtiment... Le bois, lui, régule l’hygrométrie et la température ambiante de la maison. Agadez ! Même les tuiles sont en bois !

Observez la façade principale de la maison des Trois Sabots. Combien de grumes empilées composent l’angle gauche ?

Notez ce nombre. C’est la réponse "E".
E =_____
Indice
c’est un nombre pair, multiple de 4.

Tiens Margotte. Voilà ta commande.

Trois sabots ?! Mais j’ai quatre pattes, moi…

Nom d’un rabot ! Le sabotier a dû oublier que tu étais un ruminant... Ici, c’est la coutume de fabriquer trois sabots ! Autrefois, quand l’homme travaillait la terre, le pied droit qui frappait la bêche s’usait deux fois plus vite. Traditionnellement, on vendait donc deux pieds droits et un pied gauche.

Traversez la route avec prudence, pour rejoindre l’étape n°8.

La biche et son faon (N46° 41.315' / E002° 47.565')

Me v’là dans l’embarras… Il me manque un sabot pour bêcher mon potager !

Hélas, tu ne peux même pas demander au sabotier de t’en faire un autre... Il a plié bagage ! Jadis, les corporations du bois se déplaçaient d’ouvrage en ouvrage. Quand une forge se construisait, on voyait affluer des bûcherons, des fendeurs, des charbonniers... Leur mode de vie nomade effrayait les populations locales. On comprend mieux certaines légendes à leur sujet.

Te v’là rassurée, Bianka ? En parlant des forges, je me souviens quand celles de Tronçais tournaient à plein régime ! Implantées dans la forêt à la fin du 18ème siècle, elles produisaient de la fonte et du fer pour les guerres de Napoléon. Les matières premières étaient à proximité : la houille, qui venait du bassin de Commentry…

Le bois, qui servait à alimenter les fours… Après des décennies d’exploitation intensive par le maître de forges Nicolas Rambourg, le massif de Tronçais est ruiné. C’est pourquoi Théophile de Buffévent entreprend de replanter des chênes…

Sans oublier l’eau, nécessaire au fonctionnement des machines ! Aux 18ème et 19ème siècles, trois étangs sont créés dans la forêt pour les besoins de l’industrie.

D’ailleurs, saviez-vous qu’au milieu du 19ème siècle ces forges ont fabriqué les câbles d’acier de la Tour Eiffel ?!

Ça m’fait une belle jambe…à laquelle il manque toujours un sabot !

Pourquoi ne pas retrouver Ti’lou près de la rigole ? Ce collectionneur a sûrement ce que tu cherches dans sa réserve !

Avec quel matériau, rappelant l’histoire industrielle de Tronçais, l’artiste Max Sevret a-t-il réalisé cette œuvre représentant une biche et son faon ?

  1. Du bois
  2. Du métal
  3. De l’argile
  4. Du béton

Relevez le numéro de la bonne réponse.

Notez ce chiffre. C’est la réponse "F".
F =_____

Revenez légèrement sur vos pas pour emprunter le sentier de la rigole en N 46°41.311' / E 002°47.548'.

Les bornes de la rigole (N46° 41.396' / E002° 47.873')

Nous voilà à nouveau le long de la rigole qui reliait les deux étangs de Pirot et Goule. Sa construction est une véritable prouesse technique car l’eau devait s’écouler en pente douce entre les deux réservoirs... Les ingénieurs des Ponts et Chaussées se sont alors servis des dénivellations naturelles pour la tracer ! Un travail de précision, quand on sait qu’elle serpente sur 8 kilomètres et que l’étang de Pirot est 27 mètres plus haut que son voisin.

Aïeuuh ! Cette pierre est énorme ! Qui l’a laissée traîner ?

Doucement Margotte, tu vas abîmer cette superbe borne... Savais-tu qu’elles n’ont pas toutes la même utilité ? Parfois, elles délimitent des propriétés… D’autres fois, elles indiquent des distances… Ici, les plus grandes, avec leur sommet arrondi, sont placées tous les kilomètres, alors que les plus petites sont disposées tous les 100 mètres.

Quel chiffre est inscrit sur la grosse borne en pierre ?
C’est le nombre de kilomètre(s) parcouru(s) par la rigole depuis son départ, situé à l’étape n°5.

Notez ce chiffre. C’est la réponse "G".
G =_____
Indice
c’est un chiffre impair !

Bon, le drôle ! Après toutes les bornes que j’ai parcourues, aurais-tu un sabot à ma pointure dans ton bric-à-brac ?

Le paysage de la rigole (N46° 41.498' / E002° 48.079')

Désolée Margotte, je n’ai pas trouvé de sabot... Mais une authentique botte de forgeron, en cuir souple ! Ça t’intéresse ?

Ma parole, Ti’lou ! T’as jamais mis les arpions dans un potager ?!

Margotte a tellement hâte d’y retourner qu’elle en oublierait presque ce qui l’entoure ! Sur la gauche, en fond de vallée, ces arbres suivent la Marmande. Comparé à ce cours d’eau naturel sinueux, la rigole a un tracé bien figé.

A cet endroit, quelle caractéristique est exacte à propos de la rigole ?

  1. Une pelle à crémaillère permet de réguler son débit
  2. Elle a été dotée d’un déversoir, en cas de crues
  3. Elle marque un « virage en fer à cheval », pour suivre la courbe du terrain
  4. Un pont-aqueduc en pierre lui permet de franchir la vallée de la Marmande, en conservant une pente douce

Relevez le numéro de la bonne réponse.

Notez ce chiffre. C’est la réponse "H".
H =_____

Le coin est en friche... au carré, comme mes légumes ! On n’a jamais vu de belles carottes pousser dans les ronces, à c’que j’sache...

Avec la concurrence du chemin de fer et les problèmes d’alimentation en eau, le canal de Berry est fermé à la navigation et déclassé en 1955. Ces évènements mettent un point d'arrêt au rôle de la rigole.

Elle n’achemine plus l’eau de l’étang de Pirot à celui de Goule, alors la végétation a peu à peu repris ses droits. C’est devenu une friche industrielle. Ah ! C’est une belle promenade maintenant, mais ça me fend le cœur qu’elle ait perdu sa fonction !

Fendu ?! Mais j’y pense, Margotte ! J’ai une collection de sabots anciens, cachée dans un chêne brisé en deux. Suis-moi !

Au N 46°41.472' / E 002°47.540', tournez à gauche à la fin du sentier pour longer la route en descendant.

Attention à la circulation !

Arrivés dans le bourg, à l’intersection, prenez à droite en direction de l’église.

Les deux églises (N46° 41.374' / E002° 47.474')

Flûte ! Je croyais que l’arbre creux n’était pas loin de l’église … Mais comme disait ma grand-tante, « tout vient à point à qui sait attendre » !

Bonté divine ! Quand je pense que nous avons échappé aux hommes des bois… Le seigneur est avec nous ! Tout comme au sein de cette église. Apprenez d’ailleurs que celle d’Isle ressemble beaucoup à sa voisine de Bardais ! « Nous sommes deux sœurs jumelles, nées sous le signe des gémeaux » ...

Qu’est-ce que tu piailles, à propos d’Isle et Bardais ?

Avant 1844, il y avait deux communes. Les bourgs se sont réunis pour donner naissance à Isle-et-Bardais. Malgré cette union, la nouvelle commune a décidé de conserver ses deux écoles, ses deux cimetières et ses deux églises.

Observez l’église Saint-Pierre d’Isle et la photo de l’église Saint-Laurent de Bardais. Malgré leur ressemblance, elles possèdent certaines différences ! Parmi les propositions suivantes, trouvez l’intrus :

  1. L’arc surmontant la porte de l’église de Bardais est en plein cintre, celui d’Isle est en ogive.
  2. La porte d’entrée d’Isle est rouge, celle de sa voisine est bleue.
  3. L’église de Bardais a une petite fenêtre en façade, celle d’Isle en a deux.

Relevez le numéro de l’intrus.

Eglise Saint-Laurent - Bardais

Eglise Saint-Laurent - Bardais

Notez ce chiffre. C’est la réponse "I".
I =_____
Indice
Photo - Eglise Saint-Laurent de Bardais 

Margotte ? C’est par là. Le tronc dont je te parlais. Il est idéal pour cacher ses trouvailles.

J’espère que tu ne nous conduis pas vers un fashion faux pas…

Revenez sur vos pas. Au N 46°41.306' / E 002°47.524' prenez le chemin entre les maisons.

Mission accomplie !

Ti’lou n’a pas les deux pieds dans le même sabot... Il est même drôlement « futaie » lorsqu’il s’agit de dénicher de vieux objets ! Merci. Je vais pouvoir m’attaquer aux semis à c't'heure.

Pour trouver le trésor, remplacez les lettres dans les coordonnées suivantes par les chiffres que vous avez relevés tout au long du parcours. Sur l’application mobile, les coordonnées se débloquent si vos réponses sont exactes !

Coordonnées du trésor : N46° 4(G).(D)(A+H)(F-1)' / E002° 47.((ExB)-C)(I+1)'

Prenez un badge par personne. N’oubliez pas d’entrer le code collé à l'intérieur du trésor pour valider votre mission.
Postez un commentaire et des photos mais attention, l'emplacement du trésor doit rester secret.

A bientôt dans l’univers de PÉPIT !

Contactez-nous

Contact
Antenne du Pays de Tronçais
Place du Champ de Foire
03350 Cérilly
Tél
04 70 67 55 89

Vos commentaires


25 Sep 2022

Muriel 03 a trouvé la mission

Sympa

24 Sep 2022

Mumuloulou a trouvé la mission

Super ballade, 32e pepit

19 Sep 2022

Eleonore Bride a trouvé la mission

Très belle balade en forêt, et parcours très instructif !

17 Sep 2022

Magalie45 a trouvé la mission

Super parcours mes enfants ont adoré

11 Sep 2022

Charline01 a trouvé la mission

Parcours très sympa entre l'étang et les petits chemins